Le système de santé en France

Un article de EFCS.

Jump to: navigation, search

Les nouveaux défis de la médecine française passent par des rénovations technologiques. On constate un nouveau rapport de la médecine à l'éthique ce qui a des conséquences sur la réorganisation nécessaire du système de santé. La pensée médicale contemporaine française en pleine mutation. La France est un pays où le nombre des personnes âgées augmente sensiblement. C'est une vieillesse structurelle. Devant cette crise démographique, on pourra poser la question suivante: quels sont les nouveaux défis de la médecine française où se mêlent le savoir- faire et le pouvoir- faire? Trois pistes d'articles seront envisagées: les hôpitaux français, la crise de la santé, et la réforme du système de solidarité.

Sommaire

[modifier] 1 Les problèmes d'organisation des hôpitaux en France

[modifier] 1.1 L'emploi du temps serré des infirmières

Le problème de la mise en application des 35 heures dans les hôpitaux a été sensible. Quoi de plus difficile que d'organiser l'emploi du temps des aides-soignantes, souvent menacées de surmenage? [1] Le «Burn Out» (l'épuisement professionnel) traque les infirmières: on estime à ce titre que leur durée professionnelle vacille entre 8 et 10 années.

[modifier] 1.2 La surcharge des hôpitaux

La surcharge des hôpitaux et des urgences s'est tragiquement révélée lors de la canicule d'août 2003: 11.400 décès. Les personnes âgées n'avaient alors pas résisté au choc d'une chaleur destructrice lors de cet été.. La santé française n'est pas en crise uniquement dans la pratique quotidienne. Elle est aussi en mutation, des chercheurs jusqu'aux citoyens.


[modifier] 2 La crise de la santé: des chercheurs aux citoyens.

[modifier] 2.1 Enjeux moraux dans la médecine

Quelles sont les mutations en cours dans le débat scientifique médical? Le débat scientifique français est cadré par deux pôles: la morale et la recherche. Les enjeux moraux concernant le «génie génétique» liés aux manipulations de l'embryon. Doit on accepter le clonage humain comme le suggère le biologiste Albert Jacquard ou s'en méfier comme nous le conseille le médecin Axel Kahn?[2]


[modifier] 2.2 Le choc du virus du sida

D'autre part, on a vu émerger, depuis les années 1980, une mise en responsabilité des gouvernants et des citoyens sur les problèmes de santé. Le retour de la mort dans la culture française s'est imposé par le virus du Sida. Cela a permis aux citoyens de créer une culture politique liée au principe de précaution. [3]. L'accident de Tchernobyl (avril 1986) a encouragé des associations écologiques et médicales à œuvrer dans ce sens citoyen.

[modifier] 2.3 L'utopie de la santé parfaite

L'«utopie de la santé parfaite» n'est plus! [4] Désormais, la mort est possible: les erreurs d'Etat sont reconnues : ce fut par exelmple, l'"affaire du sang contaminé" en France – ou la "vache folle" en Grande –Bretagne. Ce retour à la réalité a permis de faire émerger une autre façon de vivre et de s'alimenter. Un autre rapport à son corps. On doit prendre soin de sa santé. En être responsable.

[modifier] 3 Les solutions envisagées

[modifier] 3.1 La restructuration des hôpitaux

Rénover le parc hospitalier et créer des Etats généraux de la santé reste un chantier immense. L'Etat reconnaît qu'il est confronté par un vieillissement structurel de la population française. Ce qui met en péril le fonctionnement traditionnel de sécurité sociale ( crée en 1945). En 1950, un Français dépensait 170 euros par an pour sa santé. Aujourd'hui, 2300 euros par an. En d<autres termes, le pays dépense 10% de ses richesses pour la santé.

[modifier] 3.2 Le difficile financement de la santé en France

Afin d'éviter un scénario catastrophe, l'Etat a ordonné aux médecins de contrôler les soins: on parle souvent d'une dérive grave des dépenses de santé. Il s'agit pour les médecins français de repenser leur rapport aux malades. On envisage depuis 2007, que les patients prennent désormais en charge, une partie des soins proposés.

[modifier] 3.3 Une nouvelle politique des actes médicaux

Des médecins suggèrent aussi de revenir à l'examen clinique et d'éviter les examens sophistiqués (scintigraphies ou scanners) dont la charge financière reste très lourde. [5]

En conclusion, les médecins français tentent de créer avec leurs patients une autre culture de la santé. Cela peut vouloir dire prendre des distances avec l'usage, parfois immodéré, des médicaments dont l'emblème fut longtemps les anti-dépresseurs. [6] C'est cette nouvelle culture de la santé et des Français qui sera la toile de fond de nos futurs articles dans EFCS.


[modifier] 4 Références

  1. VEGA (Anne), Une ethnologue à l'hôpital: l'ambiguïté du quotidien infirmier, Editions archives contemporaines, 2000, 212 pages.
  2. JACQUARD (Albert) et KAHN (Axel), L'avenir n'est pas écrit, Bayard, 2001, 253 pages.
  3. EPSTEIN (Steven), Histoire du Sida, T.1 et T.2, Coll-Les empêcheurs de tourner en rond, 2001, 276 pages.
  4. SFEZ (Lucien), L'utopie de la santé parfaite, Puf, 2001, 389 pages.
  5. SICARD (Didier), Hippocrate et le scanner: réflexions sur la médecine contemporaine, Desclée de Brouwer, 1999, 171 pages.
  6. FAINZANG (Sylvie), Médicaments et société, Puf, 2001, 156 pages.
Retour sur le thème Les défis des nouvelles technologies en France Retour sur la page d'accueil Article suivant
Les défis des nouvelles technologies en France Accueil Clonage et bioéthique en France